Charte techno-pédagogique

Deviens le changement que tu veux voir manifester.

Gandhi

Introduction

Bousculer des structures internes pour faire société et ouvrir l’école à l’extra-scolaire.

Un logiciel est libre si et seulement si sa licence garantit les quatre libertés fondamentales : la liberté d’utiliser, de copier, d’étudier et de modifier les logiciels ainsi que de redistribuer les versions modifiées. Certains vont jusqu’à comparer ces lois à la célèbre devise : liberté, égalité, fraternité. Cette comparaison permet de s’écarter de la lecture des programmeurs pour en dégager les enjeux sociaux.

En 1997, c’est la sortie d’un décret définissant les missions prioritaires de l’enseignement fondamental et de l’enseignement secondaire et organisant les structures propres à les atteindre. Le décret « Missions » (qui peut être consulté librement ici). Le décret contient de nombreuses lignes directrices rassemblées sous 4 objectifs généraux. Pour ma part, les TICE peuvent être facilement englober dans ces 4 objectifs. En effet, d’une façon ou d’une autre, l’apprentissage des outils numériques est devenu incontournable à travers ces quatre balises.

En allant plus loin, je trouve intéressant de lier les 4 libertés fondamentales définies pour le logiciel libre avec les objectifs généraux du décret Missions.

  • Promouvoir la confiance en soi et le développement de la personne de chacun des élèves

→ liberté d’utiliser le logiciel

  • Amener tous les élèves à s’approprier des savoirs et à acquérir des compétences qui les rendent aptes à apprendre toute leur vie et à prendre une place active dans la vie économique, sociale et culturelle

→ liberté de copier le logiciel

  • Préparer tous les élèves à être des citoyens responsables, capables de contribuer au développement d’une société démocratique, solidaire, pluraliste et ouverte aux autres cultures

→ liberté d’étudier le logiciel

  • Assurer à tous les élèves des chances égales d’émancipation sociale

→ liberté de modifier le logiciel et de redistribuer les versions modifiées

Charte technopédagogique

Utiliser ces outils me semble donc essentiel pour rester en accord avec les programmes et décrets actuels. J’irais plus loin en disant qu’éduquer les enfants à l’utilisation exclusive de logiciels propriétaire va à l’encontre des nos missions pédagogiques.

C’est pourquoi, au sein de ma classe, je m’évertue à suivre une ligne de conduite. Une sorte de charte techno-pédagogique qui me permet de conserver une continuité dans la construction de mes activités :

  • Utiliser principalement des outils libres et gratuits.
  • Utiliser uniquement des logiciels ou applications qui ne verrouillent pas l’utilisation de la réalisation.
  • Certaines applications sur les tablettes permettent de créer du contenu mais imposent que les personnes avec qui on le partage disposent de l’application pour y accéder.
  • Autoriser l’utilisation, le partage ou la modification de tout document que j’ai réalisé avec unique condition d’en signaler la provenance.

Annotation

Lorsque j’ai écrit ce texte, les tablettes n’étaient pas encore d’usage de façon systématique dans les écoles. Force est de constater qu’il est impossible (à ma connaissance), de trouver des applications libres dans le monde des tablettes et téléphones. Ma démarche est donc de viser l’utilisation d’applications les moins polluées par des publicités et dont les créateurs sont clairs.

Licence Creative Commons
Cette page et les fichiers présents sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.